Contenu

Protection des espèces

La LPO Yonne oeuvre pour la protection des espèces et des habitats dans le département. Elle s’intéresse à la protection de la biodiversité avec d’autres associations naturalistes du département ou bien aux côtés du Conservatoire des espaces naturels bourguignons.

Elle coordonne des opérations de protection spécifiques comme :

- Le sauvetage des amphibiens sur les routes pendant la période de migration. Protection des amphibiens

- La protection des nids de busards en plein champs pendant la période des moissons.

- L’installation de nichoirs destinés aux différentes espèces de rapaces nocturnes.

- la protection des zones de nidifications d’espèces sensibles comme le faucon pelerin.

La LPO Yonne bénéficie d’un agrément départemental d’association de protection de l’environnement, à ce titre, elle agit en justice lorsque nécessaire afin de faire respecter la loi en matière de protection des espèces et des habitats.

Jugements récents de la Cour d’appel de Paris et du TGI d’Auxerre.

- le 8 juin 2018 a été jugé en appel à Paris le dossier de la destruction de la zone humide de 8 ha et d’une haie de 500 m de long sur la commune de Beaumont par une entreprise de drainage et un agriculteur. En première instance à Auxerre, les prévenus avaient été condamnés à de lourdes peines à la fois au pénal et au civil en notre faveur. Malheureusement, en appel, les prévenus ont été relaxés, le tribunal ayant estimé que le parquet du TGI d’Auxerre avait mal qualifié les poursuites pour démontrer la responsabilité des prévenus. Evidemment ce jugement en appel est une vraie déception mais ce dossier ayant été abondamment commenté autant dans les services de l’Etat que dans la profession agricole, on peut espérer qu’il conduise à une prise de conscience dans l’avenir pour un plus grand respect de ces habitats fondamentaux que sont les haies et les milieux humides.

- le 25 septembre 2018 a été jugé au TGI d’Auxerre la capture et la détention de passereaux (principalement chardonnerets, pinsons et linottes) à Mouffy et à Cravant. Si l’un des auteurs avait été relaxé préalablement pour une erreur de procédure des agents de l’ONCFS, ce qui est bien regrettable, le second a été condamné à 1 000 € au pénal dont 500 € avec sursis et à 965 € de dommages pour la LPO Yonne et à 216 € de dommages pour le CSOS, le centre de soins qui avait récupéré les oiseaux.

Illustration Protection des amphibiens
Action de sauvetage des amphibiens des Bries